Réédition d’un texte oublié du XVIIe siècle: L’Histoire de deux caméléons (1688) de Mademoiselle de Scudéry

Aude Volpilhac, avec la collaboration d’un philosophe des sciences (Thierry Hoquet) et d’un spécialiste des vertébrés (Anthony Herrel), a republié un texte oublié du XVIIe siècle, L’Histoire de deux caméléons (1688) de Mademoiselle de Scudéry

Madeleine de Scudéry
Histoire de deux caméléons suivi de
Description anatomique de Claude Perrault
Édition dirigée par Aude Volpilhac parue en 2022 aux éditions Thierry Marchaisse
Disponible à la bibliothèque du Campus Carnot de l’UCLy, cote 809.938 ECO V

L’Histoire de deux caméléons fut longtemps considérée comme un texte mineur de la fameuse romancière Mademoiselle de Scudéry, figure de proue de la littérature galante du XVIIe siècle. Elle y consigne ses observations d’un couple de caméléons reçu en cadeau, tout en mettant l’accent sur la sympathie – sinon l’amitié – qu’elle finit par éprouver pour le mâle après la mort accidentelle de la femelle.

Les caméléons font partie à l’époque des mirabilia qui suscitent la curiosité des naturalistes mais aussi des gens du monde, tandis qu’une légende tenace, pourtant déjà largement entamée par les naturalistes, soutient qu’il ne se nourrit que d’air.

Planche en eau-forte par Abraham Bosse pour Description anatomique de Claude Perrault Paris, Léonard, 1669. (BNF S. 2743)

Claude Perrault, dirigeant une équipe de scientifiques de la récente Académie Royale des sciences, vient de lui porter le coup de grâce avec une Description anatomique (1669) qui fit d’emblée autorité en la matière : prenant appui sur un examen collectif, objectif et expérimental d’un caméléon, il pose les jalons d’une méthode qui allait prendre le nom de « révolution scientifique ».

Si l’on est pourtant loin du cliché qui opposerait savoir académique masculin et sensibilité féminine, le personnage de « femme savante » qu’invente ici Mademoiselle de Scudéry établit une connaissance spécifique sur le comportement des caméléons en affirmant sa compétence dans son domaine propre, celui du sentiment. Son texte, publié après celui de Perrault, dialogue donc avec ce dernier ; toutefois, elle reste à sa marge car, en tant que femme, elle ne peut, conformément aux usages de l’époque, se présenter comme son égal dans ce domaine du savoir réservé aux hommes, la zoologie.

Pourtant, elle n’en invente pas moins une autre manière d’explorer la piste animale qui repose sur une véritable rencontre avec l’animal, et qui s’oppose donc de manière polémique au paradigme cartésien de l’animal-machine en passe de s’imposer à la fin du siècle.

Publier ces deux textes en regard, tout en mettant en lumière deux manières d’aborder l’animal au XVIIe siècle, permet de déjouer le lieu commun d’un Grand Siècle hostile au vivant et de faire entendre des voix dissonantes qui furent pourtant rapidement minorisées mais dont on redécouvre aujourd’hui toute la portée. Relire le texte de Madeleine de Scudéry à l’aune des travaux de V. Despret, D. Harraway et I. Stengers révèle la modernité de son point de vue sur les individualités animales et sur les relations interspécifiques ; le faire dialoguer avec celui de Perrault permet de réfléchir aux enjeux de l’écriture de l’histoire des sciences qui s’est élaborée notamment sur la disqualification de la sensibilité et de la subjectivité particulièrement en matière d’expertise animale. Posant ici les jalons de l’éthologie moderne, Madeleine de Scudéry invente, grâce à la littérature, la poétique d’une des premières « biographies animales » de langue française dans la mesure où le filtre de la galanterie rend lisible ce qui est en passe d’être invisibilisé par le nouveau paradigme cartésien : les sentiments des bêtes.

L’Histoire de deux caméléons, parce qu’elle fait se rencontrer des enjeux propres à la question de la minoration des femmes – en permettant de s’interroger sur ce que signifie penser au féminin à l’époque moderne – et les enjeux propres à la manière dont on envisage le statut des bêtes au point d’ébranler leur prétendue infériorité, peut à ce titre être qualifié d’écoféministe.

Billet rédigé par Aude Volpillhac, docteure en langue et littérature françaises, enseignante-chercheuse à l’UCLy, UR Confluence et Humanités

Autre référence du même auteur :

« Le rossignol trouvera bon de parler lui-même de soi-même ». Discours animal et subversion libertine dans les États et Empires de la Lune et du Soleil de Cyrano de Bergerac », Itinéraires , 2020-2 | 2020.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.