Un exemplaire inconnu des Œuvres de Molière trouvé à la bibliothèque de l’Université Catholique de Lyon

Lorsque Alain Riffaud nous a demandé des photographies d’une édition des œuvres de Molière parue en 1672, nous ne pensions pas détenir un document d’une telle rareté. Cet exemplaire bouleverse l’histoire de l’édition des œuvres de Molière, Alain Riffaud nous explique ici pourquoi.

Portrait de Molière dans le rôle de César (La Mort de Pompée de Pierre Corneille) par Nicolas Mignard, 1658 © Collections Comédie-Française

La publication collective des œuvres de Molière ne fut pas une entreprise de tout repos pour le comédien. La première tentative eut lieu à la fin de l’année 1663. Les libraires du Palais, qui avaient publié toutes les œuvres de Molière depuis 1660, voulurent profiter de la renommée du dramaturge en rassemblant de manière factice, en deux tomes, les huit pièces dont ils disposaient. Moins de quatre ans après la sortie des Précieuses ridicules, première comédie mise au jour en 1660, l’édition des Œuvres de Molière était un fait sans précédent au XVIIe siècle. Jamais un dramaturge n’avait connu une telle célébrité éditoriale en si peu de temps. Les témoins de la première édition factice des Œuvres de Molière sont très rares. Il existe un exemplaire des deux tomes de l’émission de Luyne, datée de 1663, un exemplaire de chaque tome de l’émission Sercy, datée de 1664, un exemplaire du tome II de l’émission Loyson, de 1664 également, trois exemplaires des deux tomes de l’émission Quinet, datée elle aussi de 1664.

La deuxième édition collective vit le jour en 1666. Cette fois, les libraires du Palais voulurent produire une édition originale à pagination continue. Mais cette publication se révéla très conflictuelle. En effet, les huit libraires du Palais qui avaient été jusque-là les éditeurs de Molière sollicitèrent un privilège royal auprès de la Grande Chancellerie sans l’assentiment de Molière. Ce fut donc « par surprise », selon le terme juridique consacré, que les libraires obtinrent le 6 mars 1666 un privilège de six années pour les Œuvres de Molière. Les deux tomes, enrichis de frontispices gravés par François Chauveau, parurent le 23 mars 1666. De quoi rendre Molière furieux. Le comédien était privé de ses droits à réimprimer ses neuf premières pièces jusqu’en mars 1672. Rien ne documente le mauvais coup des libraires. Mais, il faut préciser que L’Amour médecin, dernière pièce de Molière sortie des presses le 15 janvier 1666, avait été donnée à un groupe de trois nouveaux libraires, Pierre Trabouillet, Nicolas Le Gras et Théodore Girard. Il est donc possible que les huit libraires éditeurs de Molière, bien installés au Palais, aient vu d’un mauvais œil des confrères plus jeunes qu’eux s’emparer d’une comédie de Molière. Ils prirent sans doute les devants en faisant paraître, à la barbe de Molière, l’édition collective de ses œuvres.

Pour éviter qu’une telle tromperie ne se renouvelle, Molière décida alors de confier la publication de ses comédies à un éditeur exclusif. Il choisit de négocier avec Jean Ribou, ancien libraire du Pont-Neuf, d’abord installé quai des Augustins, puis au Palais à partir de juin 1663. C’était pourtant ce libraire qui lui avait dérobé ses Précieuses ridicules et son Sganarelle en 1660. Mais Jean Ribou était un commerçant avisé dont le caractère bien trempé pouvait convenir à un homme comme Molière.

Jean Ribou publia toutes les pièces de Molière, depuis le Misanthrope jusqu’au Tartuffe, paru en 1669 avec un succès remarquable. Mais un coup de théâtre se produisit. Jean Ribou fut arrêté en novembre 1669 pour trafic de livres défendus. Il fut condamné en 1670 aux galères, puis sa peine fut commuée en simple bannissement pour cinq ans. Mais cela n’empêcha nullement Jean Ribou de vendre les nouvelles comédies de Molière, avec son accord, en s’appuyant sur des hommes de paille qui tenaient sa boutique. C’est ainsi que parurent les dernières comédies de Molière, Monsieur de Pourceaugnac, Le Bourgeois gentilhomme, Psyché, Les Fourberies de Scapin et les Femmes savantes.

Comme le privilège obtenu par surprise en mars 1666 expirait en mars 1672, Molière prit ses précautions pour reprendre la maîtrise de ses neuf premières comédies. Il sollicita un privilège royal de neuf ans pour l’ensemble de son œuvre, qu’il obtint le 18 mars 1671. Il le fit imprimer dans l’édition originale des Fourberies de Scapin, sortie en août 1672. Mais lorsqu’à cette occasion Molière voulut enregistrer son privilège général à la chambre syndicale, comme l’exigeait la règlementation, le syndic Louis Sevestre s’y opposa, dans l’intérêt de ses confrères du Palais. Molière signifia alors au syndic, par huissier, une sommation d’enregistrer. Puis le comédien se prépara à publier avec son libraire Jean Ribou, l’édition collective de ses Œuvres, autorisée, revue et corrigée par lui. Le 16 novembre 1672, Molière céda à Jean Ribou, par le biais de sa femme Anne David (puisque celui-ci était interdit d’exercer), son privilège général obtenu en 1671. Tout était donc prêt pour que paraisse la première édition collective de Molière.

Mais le destin en décida autrement. Molière, mort en février 1673, ne put mener à bien son projet. Dès la disparition du célèbre comédien, les libraires du Palais firent reparaître les deux tomes déjà imprimés en 1666, en les complétant par cinq autres volumes regroupant de manière factice les autres comédies de Molière. Du moins, c’est ce qu’affirment tous les bibliographes de Molière depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours.

Oeuvres complètes de Molière éditées à Paris en 1672 par Loyson conservées à l’Université catholique de Lyon

Mais ce fait est maintenant démenti par la découverte d’un exemplaire du tome second portant la date de 1672, exemplaire que j’ai repéré dans le fonds de la bibliothèque Henri de Lubac à l’Université catholique de Lyon (5ANCIEN-0129). Aucun spécialiste de Molière ne connaissait l’existence de cet exemplaire qui modifie la chronologie éditoriale de Molière. L’exemplaire retrouvé porte l’adresse d’Estienne Loyson, un des libraires du Palais qui avait surpris Molière en 1666 avec sept de ses confrères. Cet unicum permet de comprendre ce qui se passa à l’automne 1672. Avant même la mort de Molière, et non après comme on le pensait, les libraires du Palais réimprimèrent leurs deux tomes de 1666, cherchant à couper l’herbe sous le pied de Molière qui préparait l’édition de ses Œuvres. Ils commandèrent l’impression à Laurent Rondet, installé rue Saint-Jacques, en lui demandant d’affecter la date de 1672 à une partie du stock, pour la vente de fin d’année, et celle de 1673 à une autre partie, afin que l’édition soit rafraîchie pour l’année suivante. Jusqu’ici, on ne connaissait que des exemplaires affichant la date de 1673, ce qui avait conduit les bibliographes à conclure que les libraires du Palais s’étaient empressés de ressortir les œuvres de Molière juste après la mort du comédien.

L’exemplaire de la bibliothèque Beinecke de l’université Yale

J’ai retrouvé un autre exemplaire daté de 1672 à la bibliothèque Beinecke de l’université Yale aux U.S.A (Pforzheimer Molière 2). Il est à l’adresse de Jean Guignard, un des autres libraires du Palais qui avaient floué Molière en 1666.

Ces deux exemplaires racontent une autre histoire, celle de la lutte acharnée que les libraires du Palais menèrent pour doubler Molière une seconde fois. Ils rappellent également aux bibliographes que la recherche n’est jamais terminée, et que des trésors inconnus ne demandent qu’à être découverts.

Billet rédigé par Alain RIFFAUD, chercheur, archéologue du livre ancien, spécialiste de l’édition et de l’imprimerie au XVIIe siècle ; il prépare un nouveau catalogue des œuvres de Molière, dans lequel cette découverte figurera.

Bibliographie

  • Alain Riffaud, Une archéologie du livre français moderne, Genève, Droz, 2011.
  • Oeuvres complètes. – Molière ; édition dirigée par Georges Forestier, avec Claude Bourqui, textes établis par Edric Caldicott et Alain Riffaud, comédies-ballets coéditées par Anne Piéjus avec la collaboration de David Chataignier, Gabriel Conesa, Jacqueline Lichtenstein… [et al.]. –Paris : Gallimard, 2010 (Bibliothèque de la Pléiade)
  • L’aventure éditoriale du théâtre français au XVIIe siècle. – Alain Riffaud. –  Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2018 (Histoire de l’imprimé, références).
  • Répertoire du théâtre français imprimé au XVIIe siècle . – Alain Riffaud
  • Alain Riffaud, Le Libraire de Molière, Jean Ribou 1630-1702, Arles, Portaparole, 2021 (à paraître)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.