Colloque : Regards sur la controverse religieuse des XVIe-XVIIe siècles : à partir du fonds Fleury Lavallée

Il y a quelques temps, nous avions évoqué le fonds Lavallée conservé à la bibliothèque universitaire de l’UCLy. Un colloque lui est consacré les 23 et 24 septembre prochains.

Ce colloque interdisciplinaire a pour objet l’exploration du fonds de libelles de controverse religieuse des XVIe et XVIIe siècles constitué par Fleury Lavallée (1870-1961) et conservée parmi les collections patrimoniales de l’Université catholique de Lyon (UCly). Originaire du Forez et ordonné prêtre à Lyon en 1894, Lavallée est aussi agrégé de lettres et devient en 1910 recteur des Facultés catholiques de Lyon. La collection d’imprimés anciens qu’il a rassemblée est riche de plus de 130 volumes et offre un regard unique sur les pratiques de la controverse catholique antiprotestante du tournant des XVIe-XVIIe siècles. En permettant d’observer une réception à long terme de libelles produits au cours de la première modernité, le fonds permet aussi de questionner le sens spirituel, intellectuel et politique donné à ces écrits par un acteur important de l’enseignement catholique, fin XIXe-début XXe siècles. Il offre une prise sur la valeur donnée à ce qui pourrait paraître des imprimés polémiques d’un autre âge, mais dont la collection soulève le problème des usages qui en ont été envisagés – à l’époque, notamment, où Henri Bremond publie son Histoire littéraire du sentiment religieux.

Organisation : Mathilde BOMBART, université de Versailles Saint-Quentin, laboratoire DYPAC, Isabelle MOREAU, ENS de Lyon, UMR5317 IHRIM, Isabelle VOUILLOUX, Responsable fonds anciens de la B.U de l’université catholique de Lyon (Ucly).

Télécharger le programme

Passe sanitaire obligatoire suite aux directives gouvernementales

Un fonds de controverse religieuse : enquête sur son origine

La bibliothèque de l’université catholique de Lyon détient un ensemble de pièces de controverse religieuse majoritairement imprimées aux XVIe et XVIIe siècles, ensemble qui suscite aujourd’hui l’intérêt d’une équipe de chercheurs. Le travail initié depuis septembre dernier par Isabelle Moreau permettra l’analyse des contenus en vue d’un projet de valorisation numérique de ce fonds de controverses constitué principalement de recueils factices, recueils ayant fait l’objet d’études notamment lors d’une journée dédiée ou de publications[1].

Le recueil de 42 pièces

[1] Voir l’article de Michèle Clément en pages 167-168 et 194-200 de l’ouvrage Auteur, traducteur, collaborateur, imprimeur… qui écrit ? sous la direction de Martine Furno et Raphaëlle Mouren, édité par Classiques Garnier en 2012. Cette parution a fait suite au séminaire de recherche “Qui écrit, regards croisés sur le livre, XVIe – XVIIIe siècle” organisé entre 2008 et 2012 à l’Enssib et à l’ENS Lyon.

En parallèle aux travaux de l’équipe de chercheurs, la bibliothèque procède à la description bibliographique des documents, en s’attachant plus précisément à l’examen des particularités d’exemplaire. En effet, l’origine de ce fonds reste inconnue : communément nommé « Fonds Lavallée » ou encore « Fonds Coton » par nos prédécesseurs, il nous appartient aujourd’hui de retracer l’histoire de la constitution de ce fonds alors que nous ne disposons pas d’inventaire ou d’écrits consignant l’entrée de ces documents dans nos collections.

Certains livres ont-ils appartenu au Père Coton, prêtre jésuite, prédicateur, écrivain et confesseur des rois Henri IV et VIII ou bien a-t-on parlé de « Fonds coton » pour désigner ses œuvres et les écrits contredisant ses thèses, sachant que le fonds contient de nombreuses œuvres de l’homme d’église controversiste mais aussi celles de ses détracteurs ?

Le Père Coton (1564-1626)

Cet ensemble a-t-il appartenu à Monseigneur Lavallée, recteur de l’Université catholique de Lyon de 1910 à 1945, grande figure du monde catholique lyonnais du XXe siècle ?

Monseigneur Fleury Lavallée (1870-1961

Ou bien encore, Monseigneur Lavallée a-t-il acquis des ouvrages ayant appartenu pour partie au père Coton ?

Différents indices nous permettront peut-être d’élucider l’énigme concernant l’origine de ces documents. Nous avons la chance de disposer d’un fonds intact depuis son versement : les notes et mentions manuscrites ainsi que les documents divers qui figuraient dans les livres ont été conservés si bien que nous avons la certitude que certains ouvrages ont été acquis par Monseigneur Lavallée,  comme l’atteste la présence de cette facture de la librairie Au velin d’or, libellée au nom de notre ancien recteur.


Le prix du document – 60 francs – est d’ailleurs indiqué au crayon sur le contre-plat, la référence 4881 qui figure sur la facture a été également reportée. 

L’adresse mentionnée est celle du Velin d’or

Par ailleurs, les extraits de catalogues de ventes contenus dans certaines pièces, les indications figurant sur les livres ainsi que le reclassement complet des ouvrages par leurs cotes d’origine devraient nous permettre de mieux connaître l’histoire de cette collection. L’enquête est ouverte, affaire à suivre …